Café Numérique Charleroi – Gagnez les élections avec Internet

Bonjour,

Vous le savez certainement : je suis co-organisateur du Café Numérique Charleroi (avec Adrien RAMI et David VALLS Y MACHINANT). Nous avons organisé en collaboration avec TechnofuturTic et l’Eden, une soirée de présentation (mardi 26 juin 2012) à l’occasion de la sortie du livre de Philippe Allard : « Gagnez les élections avec Internet » aux éditions EdiPro (26€)

La présentation a commencé à 19h et s’est terminé à +/- 22h.

L’événement a été un succès en terme de qualité et également à la vue du nombre de personnes (+/- 50 personnes).

https://picasaweb.google.com/s/c/bin/slideshow.swf

Comme je l’ai déjà signalé, l’événement a été réalisé en partenariat. Pierre LELONG, pour TechnofuturTic, nous a donné quelques explications sur le café citoyen. Fabrice LAURENT, pour l’Eden, nous explique l’importance de réaliser ce type d’événement à l’Eden. En effet, ce lieu est un lieu d’échanges, de spectacles et il convient parfaitement aux styles de rencontres que nous organisons. Il en profite également pour annoncer le partenariat entre l’Eden et le Café Numérique Charleroi. Enfin, Adrien RAMI refait une petite présentation du Café Numérique Charleroi ainsi que nos objectifs.

Différents partis politiques sont également représentés (PS, MR, Ecolo et CDH)

19h : Philippe Allard commence sa présentation axée sur son livre


Obama a gagné les élections avec Internet

Différents outils sont utilisés par les personnes politiques (en bien ou en mal)

  • Obama : ligne du temps + pinterest
  • F. Bayrou : Application mobile + Instagram
  • M. Le Pen : Application mobile + Youtube
  • N. Morano : Twitter – tweet clash
  • E. Joly : about.me
  • F. Branget : Calameo

Avant le web d’aujourd’hui, les candidats utilisaient le web classique, mais il était mal exploité. Pour une bonne communication, il faut utiliser à bon escient les outils tels que les présentations (PréAO), les pdf, les sites web (html, cms…), les réseaux sociaux,…

L’internet n’a rien inventé. Auparavant, les personnes prenaient le temps de correspondre.
Un temps était défini (par exemple 1h par jour) pour répondre au courrier par exemple. Aujourd’hui, avec Internet et les réseaux sociaux, on réalise la même chose mais différemment.

Le retour sur investissement n’est pas calculable. On ne peut pas définir le nombre de contacts facebook ou followers twitter qui continueront à suivre et/ou à voter pour un personnage politique, mais on ne sait pas le faire non plus en distribuant des tracts
sur le marché. Ceux-ci sont souvent distribués à des personnes sur des marchés, par exemple, alors que ces dernières ne sont peut-être pas de la région, le tract aura une durée de vie limitée.

L’utilisation de Slideshare ou de Scribd peut être utilisée pour justement avoir des tracts plus longs visibles sur internet. Avec la version papier, les politiques sont « obligés » de faire attention car cela leur coûte cher.

Le débat s’est clôturé par l’intervention des politiques avec des questions réponses de la part du public.

2 points sur lesquels les politiques ont insisté.

  • Le monde politique n’a pas de consigne au niveau de la communication sur l’internet. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent en respectant la charte graphique du parti et bien évidemment en respectant les idées de ce dernier.
  • Les politiques ont également remarqués que s’ils ne répondaient pas aux attentes des citoyens, ces derniers créaient des sites ou des pages (facebook) pour dénoncer les problèmes afin de se faire entendre.

La politique doit jouer aujourd’hui avec l’Internet. On peut bien évidemment ne pas l’utiliser mais cela est dangereux car il y aura toujours des détracteurs qui parleront sur le dos de celui qui n’est pas sur Internet. Alors, il vaut mieux agir avant qu’après, car la réputation sur Internet se travaille avant, pendant et après les élections.

Fin du débat à 22h.

Bonne petite soirée, même si elle était orientée « politique ». Nous avons continué à discuter par la suite surtout des outils. Par contre, nous avons remarqué que les politiques n’utilisent pas LES réseaux sociaux mais LE réseau social « Facebook ». Nous aurions aimé entendre parler d’autres outils mais ces mêmes personnes n’ont pas de connaissances de ces différents réseaux et/ou ne les maîtrisent pas assez pour s’en servir (i.e. Twitter).

Un avis sur « Café Numérique Charleroi – Gagnez les élections avec Internet »

  1. Juste une petite remarque : il est normal que les politiques causent davantage de Facebook et Twitter. Ils ont tout avantage à utiliser les raisons fréquentés par leurs cibles (grand public ou presse). Perso, j’aime bien Google+ mais on s’y sent un peu seul !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :